present_histo1

Le 22 février 1962, le SIETREM (Syndicat mIxte pour l’Enlèvement et le Traitement des REsidus Ménagers) a été créé afin de trouver une solution à l’important problème posé par les ordures ménagères.

En 1965, il a été mis en place une unité de compostage d’ordures ménagères brutes d’une capacité de 20 000 tonnes / an. Cette unité est située sur la zone d’activités de Saint-Thibault-des-Vignes.

La croissance démographique de la Région de Lagny, ainsi que la réglementation relative aux installations classées soumises à autorisation de ce type, ont amené le Syndicat à modifier son procédé de traitement. Il a donc envisagé la filière de l’incinération des ordures ménagères en créant en 1983 une première ligne de combustion avec un four de capacité de 8t/h sur le même site. A la fin des travaux, en 1985, la capacité totale de cette installation est alors de 56.000t/an.

C’est en 1995, que l’usine de Saint-Thibault est mise en conformité avec la réglementation en vigueur (arrêté du 25/01/91). Cette mise en conformité a entraîné l’installation d’un système d’épuration des fumées grâce à un procédé de traitement par voie humide. C’est au même moment que le Syndicat investit afin d’augmenter ses capacités de traitement puisqu’une deuxième ligne d’incinération de 12 t/h est installée. La capacité nominale de l’usine est donc portée à 140.000 t/an pour une population de 215 000 habitants environ.

La collecte sélective, engagée dès 1994, a été étendue à l’ensemble de la population du SIETREM en 2002.

Le « Contrat Terres Vives Ile-de-France », programme pluriannuel d’études d’actions et de travaux, approuvé le 11 octobre 1999, a été signé le 16 octobre 2000, avec les partenaires Conseil Régional, Conseil Général, ADEME et Eco-Emballages. Ce contrat est destiné à tout mettre en œuvre pour résoudre de façon durable et satisfaisante le problème des déchets ménagers et assimilés, en réduisant au maximum les nuisances qui y sont attachées. Dans ce contexte, le traitement des fumées dioxines-furannes et oxydes d’azote (NOx) a été mis en service en décembre 2002.

En 2002, le syndicat ayant toutes les compétences liées à la collecte du traitement et à la valorisation des déchets ménagers et assimilés, a décidé, conformément à la loi, de percevoir directement le produit de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM).

En 2003, les communes de Gournay-sur-Marne et Montfermeil ont adhéré au syndicat. Une troisième déchetterie a ouvert ses portes à Noisiel. Les bureaux du siège social du syndicat ont été inaugurés le 6 décembre 2003.

En 2006, un groupe turbo-alternateur d’une puissance de 10 MW pour valoriser toute l’énergie issue de l’incinération des ordures ménagères a été mis en service. Une quatrième déchetterie a été ouverte à Chelles, en novembre 2004.

Depuis le 1er janvier 2006 l’usine d’incinération des ordures ménagères est exploitée en application d’un contrat de délégation de service public signé avec la société Novergie le 1er décembre 2005. En 2006, la commune de Courtry a rejoint le SIETREM par l’intermédiaire de la Communauté de communes Marne et Chantereine (Brou-sur-Chantereine, Chelles, Courtry et Vaires-sur-Marne). Le SIETREM est ainsi devenu le Syndicat mIxte pour l’Enlèvement et le Traitement des REsidus Ménagers. La population concernée est alors de 262 000 habitants environ.

En 2007, la Communauté de communes de la Brie Boisée se substitue à la commune de Ferrières-en-Brie. En 2008, la commune de Lesches a adhéré au syndicat. Lors de cette même année, le SIETREM a obtenu le Label QUALITRI.

La ville de Jablines a intégré le territoire du SIETREM en 2014. A ce jour, le syndicat comporte 31 communes pour 298 941 habitants.

En 2016, un nouveau surchauffeur a été installé afin de fiabiliser les performances énergétiques de l'usine d'incinération des ordures ménagères et un nouveau service de déchetterie mobile a été testé sur la commune de Thorigny-sur-Marne entre juin et octobre 2016.