Situé à Saint Thibault des Vignes, face à l'unité de valorisation énergétique, le nouveau centre de tri du SIETREM est actuellement en phase de mise en service industrielle. Ainsi, jusqu'en juin 2017, des essais de performance sont en cours. La réception de l'équipement est prévue pour la mi-juin. Ce nouveau centre de tri permettra de se conformer à la loi relative à le transition énergétique pour le croissance verte qui prévoit d'étendre progressivement les consignes de tri à l'ensemble des emballages plastique sur l'ensemble du territoire avant 2022. Cette installation automatisée est dotée de plusieurs trieurs optiques qui permettront d'améliorer la qualité du tri et les conditions de travail du personnel.

- Un lieu ouvert à la visite
La sensibilisation des publics étant au cœur des préoccupations du SIETREM, un circuit de visite avec vue panoramique sur l’installation a été imaginé pour permettre aux visiteurs de comprendre le fonctionnement du centre de tri.

- Des innovations intégrées au projet
Bâtiment administratif de Haute Qualité Environnementale, récupération d’énergie des compresseurs, préparation mécanique poussée (criblage et tri optique), système breveté Veolia TSA2 pour la séparation des déchets creux (permettant de trier les nouvelles résines rigides en extension consignes de tri), séparation par la « Griffe » de NEOS des films et mise en balles au fil de la production, intégration de 5 tapis de tri de flux homogènes pour un sur-tri qualité, automatisation de la mise en balles… sont autant d’innovations que comporte ce nouveau centre de tri à l’architecture soignée et en totale harmonisation avec le siège du SIETREM situé juste en face.

 Quelques chiffres
> Capacité du centre de tri : 10 tonnes / heure (capacité technique : 30 000 tonnes par an – 25 000 tonnes par an autorisées)
> Surface du terrain : 9 194 m2 / Bâtiment : 4653 m2
> 120 convoyeurs ont été installés au sein du centre de tri (mis bout à bout, cela représenterait la distance d’un kilomètre) et 1000 m2 de passerelles ont été posées
> 150 équipements permettent le bon fonctionnement de l’installation
> 20 personnes travailleront sur le site quotidiennement